[ Iter facere ]

promethee_frantisek_kupka.jpg

Mes pas sur le chemin soulèvent une poussière
Qui m’étouffe aussitôt que je fais marche arrière.
Je vais et je précède une terre brûlée
Qui naît de mes talons, par moi véhiculée.

Ulysse, Prométhée, cailloux dans les chaussures
Vous riant des obstacles, ignorant les blessures
Forces qui déplacez de vos mains les sommets
Soufflez-moi le secret pour n’abdiquer jamais.

Peinture « Prométhée » de Frantisek Kupka.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :