Pin Pon Pin

redcross.jpg

Notes pour plus tard : La pharmacie, c’est étrange, clignote orange. Un signe de la croix. Elle ouverte et si verte, ma foi, à chaque fois que mes maux me prennent. J’en reste coi : la voici porte close, et chose inexplicable, passée comme un feu de circulation du vert au vermillon. Eho ! Ya kékun ? C’est que ma gorge se serre, angusta latine, c’est l’angine qui se devine. Et mon estomac se tord fort, et mon dos, en morceaux : ma colonne se vallonne. Eho ! Pharmacien, fais-moi du bien. Lève le rideau de fer, déferme la vitrine de ton officine et deale tes pastilles. En secret, sors-moi les sirops-miracles que tu concoctes à la bougie dans l’arrière-boutique. Quid de mes maladies ? C’est pourtant jeudi ! Eteints-moi cette croix de feu, nom de Dieu ! J’attends, tu entends ? Rien. Le carton indiscutable qui pend au portillon ne veut rien savoir. Il décrète blanc sur noir, intraitable : fermé pour cause d’abandon.

Photo Ange7, Séoul 2007.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :