Train des pignes

 oze2.jpg

 

Fil de bûches, la loco engloutit des stères. C’est que sinon on s’traîne et le retard c’est l’enfer. C’est quasi un mouvement olympique, la torsion du bassin, l’expulsion du bâton dans la bouche de flammes affamée. Hop, hop, hop; sans répit, ou bien on ralentit. Devant nous, infinie, la voie est ainsi tracée : de témoin de relais en témoin de relais. En pointillés.

Photo Ange7, Oze, été 2007.

Publicités
Publié dans JOURNAL. 3 Comments »

3 Réponses to “Train des pignes”

  1. Tibacore Says:

    Ben, si le père Roger avait su que son tas d’bois, susciterait autant de jolis mots savants, il l’aurait, ma foi, bien mieux rangé. Salut mon gars Bruno.

  2. drôledoiseau Says:

    Un sacré rythme dans ce texte. On pourrait le slamer!

  3. 5h12 Says:

    Bien le bonjour Tibacore ! Encore merci pour la dose d’Oze que vous nous avez offerte.

    @drôledoiseau : ta-tac-ta-toum…ta-tac-ta-toum… Sur un sample de loco peut-être ? Confère la locomo-locomo-locomotive d’or du maître Nougaro. (excellent morceau trop peu connu).


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :