Presque

presque.jpg

Note pour plus tard :

Nous étions côte à côte, tout autour la lande. Nous fixions la maison de pierre, qui à quelques décimètres près aurait pu se tenir droite mais avait finalement très bien traversé les années de guingois. Un parterre d’herbes folles constellé de fleurettes s’étendait de la porte jusqu’à nos chaussures. Nous étions absorbés silencieux, contemplatifs. La masure penchée, comme la surface d’une eau calme, nous renvoyait à nous-mêmes. Tu prenais un grand bol de pays avant de longs voyages. Je resterai. Dans le ciel bleu gris , les nuages, énigmatiques messages, marquaient le temps en filant à la lente hâte de la brise. Quand le moment fut venu, tu as tourné les épaules d’un geste vif, à l’opposée, et je n’ai pas pu même entrevoir étincelle de tes yeux. Tu as marché droit, avec la détermination épaisse d’une pierre qui tombe au fond d’un ravin.

J’ai regardé ta silhouette devenir un point-virgule en pensant : « Il s’en est fallu de peu : une minute de plus et je l’embrassais ».

Illustration Ange7.

Publicités

6 Réponses to “Presque”

  1. Protolapon Says:

    Ce bleu et ce vert me font penser à certains tableaux d’un peintre finlandais du début du XXe siécle, Hugo Simberg!

  2. Posuto Says:

    Trop tard pour l’embrassade.
    Il faut appeler ton illustration « destinée contrariée d’un bisou ».

    (je me souviens avoir vu à la Fiac des tableaux explosant de couleurs et pétants de graphisme qui s’appelaient « au mariage d’une coccinelle et d’un hanneton dans la verdeur fraîche du printemps » ou style genre…. ça n’a rien à voir, c’est pour dire que je me souviens)
    Kiki

  3. Gaya Says:

    par hazar je suis tombé sur votre page.
    J’en suis ravie .
    J’ai du mal a comprendre comment il fonction! Ici vous avez écri ce texte n’est ce pas?
    Je le trouve très beau , j’y vois les couleurs en cachant le tableau la maison et les odeurs des fleurs!

    Merci de me répondre .

    Je vous souhaite d’agréable journée! et belle rencontre.

    Gayané

  4. J. Says:

    Tiens, voilà qui me permet de le découvrir aussi. J’ai été secouer par l’avant dernière phrase, « avec la détermination épaisse d’une pierre qui tombe au fond d’un ravin ».
    Et tout pareil sur la dernière. On a envie de lui crier « REVIENS » avec une violence proche de l’explosion.

  5. 5h12 Says:

    Merci, Protolapon, c’est un beau compliment pour le graphiste ô combien amateur que je suis !

    Vi, la vie, hein Kiki, des fois, des riens, hein ? Puis tant pis. Ou pas.

    Merci de votre visite Gayané ! Quel hasard ? Une recherche google peut-être ? Je suis, c’est vrai, l’auteur des textes de ce blog et je fais des photos et des dessins comme celui-ci. Je suis très heureux que vous le trouviez beau ! 😉

    Comment J., découvrir aussi ? Connaissez-vous Gaya ou bien empruntez-vous les mêmes zazars ? Le texte s’est construit autour de « tu prenais un grand bol de pays avant de longs voyages ». Je me réjouis que la fin fonctionne alors, merci.

  6. J. Says:

    Non, je ne connais pas Gayaniné, j’ai été guidé par son commentaire, que j’ai suivi. Je ne connaissais pas encore ce texte (votre chez vous est vaste) 😀


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :