Au champs d’horreur

chargez.jpg

De guerre lasse, le soldat prend un repos bien mérité. Il n’a pas comme le dormeur d’Arthur l’air de se reposer. Car son poumon est perforé, et comme son souffle lui échappe, il se mêle au bord de la plaie à du sang qui va s’écoulant. Son dernier râle est inaudible, c’est un immonde gargouillis : et pas un de ses ennemis n’entend qu’il demande pardon.

Photo Ange7.

Publicités
Publié dans JOURNAL. 3 Comments »

3 Réponses to “Au champs d’horreur”

  1. Protolapon Says:

    Mille sabords! Quel est donc ce branlebas de combat?

  2. 5h12 Says:

    Bonjour Protolapon !
    La photo, une partie du jeu de stratégie diplomacy, où l’ami Patrice (Austro-Hongrie en rouge et Turquie en bleu clair) a mis à mal la France (bleu foncé). De son côté, l’Angleterre (en gris) a grignoté l’Allemagne.

  3. Jérémy Says:

    Et voilà comment des guerres, des meutres, des joies, naissent et s’étouffent sur la table du salon.
    Diantreries du samedi.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :