Apercevoir, aplanir, aplatir ne prennent qu’un « p »

upordown.jpg

Sous la lippe du rabot,
rapeuse langue de chat,
la planche part en copeaux.

Elle s’échappe en frisettes
et dans l’air elle projette,
un parfum un peu piquant.

Comme en lipothérapie
la planche mincit, mincit,
sous le massage puissant.

Au sol, un épais tapis
qui pleut doux de l’établi
moutonne d’écume blonde.

Illustration Ange7

——————————————————————————-
L’année dernière, à la même heure : A quoi tient le destin, hein ? capucin.jpg
————————-——————————————————

Advertisements

2 Réponses to “Apercevoir, aplanir, aplatir ne prennent qu’un « p »”

  1. tilu Says:

    Ce texte me fait penser à quelqu’un que j’aime trés fort et que je ne vois pas souvent… merci de me l’avoir fait présent un petit peu le temps de lire tes mots…..

  2. 5h12 Says:

    Merci du commentaire Tilu.
    Qui oserait dire, après ça, que la poésie ne sert à rien ?
    Hein ?
    😉


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :