La taille et l’estoc

blade.jpg

Du plat d’abord, large fleuve d’argent,
immobile et bombé, bleu et brillant,
sans heurt et sans excès,
sans ouvrir de blessure,
attendrir la viande.

Du tranchant, le fin fil,
l’arrête extrême et longue
d’une montagne d’étincelles
on lacère, en douceur,
on frôle peu profond
en plusieurs points opposés.

Enfin la pointe brillante,
le triangle de lumière,
l’esprit divin fait matière,
perce comme le pied
traverse la couche roide de neige,
s’enfonce lentement
comme le roc coule au lac,
enfin traverse et reprend souffle
de l’autre côté de la chair.

Photo Dynastyforge.

 

——————————————————————————-
Par ailleurs, l’année dernière, à la même heure : 
Graoar !
————————-——————————————————

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :