Au banc de bois

 

woodbench.jpg

Quand enfin nous pourrons,
épuisés par le poids de nos disputes à vide,
sombrer dans un silence univoque et glacial
qui vaudra pour accord,
quand nos corps se seront résignés au repos,
que leurs forces soufflées nous auront désertés,
quand nos regards lassés de nous tenir en joue
auront fermé paupière,
quand tous nos paysages seront unicolores,
alors nous serons prêts.

Et je te montrerai un lieu simple, à l’abri,
où nous nous assiérons.

Photo Ange7, Icheon 2007.

——————————————————————————-
Par ailleurs, l’année dernière, à la même heure : Pas à côté, pas n’importe où, non,
Sous les étoiles, dis ! / Pile en dessous, Gainsbourg n’aurait pas chanté mieux. / …
————————-——————————————————

Publicités
Publié dans JOURNAL. Étiquettes : , , , , . Leave a Comment »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :