De l’autophagie

.
spikeman.jpg


Notes pour plus tard :

Les instructions étaient limpides, comme toujours, la Terreur n’en connaît pas d’autres. Elle sait bien que pour avancer et gagner, dévaster du terrain, elle doit se propager d’action simple en action simple. Hurler, brûler, pendre. Elle excite ses troupes de verbes à l’infinitif : résister, lutter, mourir.
Aujourd’hui, la dialectique, mante religieuse, m’avait désigné à la fois coupable et exécuteur. La flamme se retourne ainsi toujours sur le pyrophile. Et les hommes oublient systématiquement que la bête, une fois réveillée, aura un appétit insatiable.
Les petits mots des petits juges étaient croustillants : en tant que bourreau, j’avais la tâche insigne d’exécuter la main assassine que je fus au service même de ceux qui me condamnaient. La boucle parfaite.
Et un boulot facile : pas de traque, pas de planque. Je possédais bien mon sujet.

Photo Ange7, Séoul 2007.
——————————————————————————-
Par ailleurs, l’année dernière, à la même heure : Hi Han (in version 1/2)
L’âne gris à la longue oreille, l’âne à la croix de Saint-Vincent, l’âne, poil ras, au doux pelage de poussière
————————-——————————————————
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :