Potron-minet

Notes pour plus tard :

Nous arrivâmes tôt et le ciel, derrière la fine crête de la colline voisine, était d’un blanc de sépulcre, à peine griffé de très fins nuages grisâtres qu’un vent matinal avait allongés indéfiniment, comme par jeu. Nos sacs étaient lourds et nous les posâmes un instant. Nos narines s’emplissaient de l’air froid du mois d’avril et nos poumons se glaçaient de cette fraîche liqueur. Nous étions ivres de tant de liberté. Rien ne semblait pouvoir contenir nos désirs. Nous prenions tous les chemins qui s’offraient à nous, les collectionnions comme des pierres précieuses d’un trésor fabuleux dont le coffre était nos boites crâniennes. Le nez un peu rougi par le matin, mais les membres chauds encore de l’effort, nous échangeâmes un sourire – pas de mots- et nous reprîmes dans le même mouvement d’épaule nos sacs d’aventure et la route nouvelle, le coeur plein des promesses que le lendemain ne faillit jamais à apporter à celui qui a la force de n’en attendre rien.

Photo Ange7, Muuido, 2008.

Publicités

3 Réponses to “Potron-minet”

  1. drôle d'oiseau Says:

    La fin du texte est vraiment très belle…

  2. tilu Says:

    c’est le début de ton roman? ça serait bien… mais faut publier en France alors…. 😉

  3. 5h12 Says:

    Entre la fin et le début.
    Ce n’est pour l’instant que le milieu des choses…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :