Théorie du cadre supérieur

Que toujours ce qu’on donne à voir soit dans les limites oppressantes d’angles droits, hautains et froids, positionnés dans leur coin comme des plantons en faction; que l’image, implicitement, soit circonscrite en ce carcan, dont la rudesse, par contraste, exaltera les saveurs et la richesse intérieure -s’il y a lieu de l’exalter, si telle richesse est avérée; il faut pour qu’elle se libère que la photo soit prisonnière.

 

Photo Ange7, Muuido, Corée 2008.

 

-*-
-*- Besoin de pulpe ? Tentez donc un article au hasard du journal de 5h12 -*-
-*-

Publicités
Publié dans JOURNAL. Étiquettes : , , , . 2 Comments »

2 Réponses to “Théorie du cadre supérieur”

  1. J. Says:

    Un fenêtre de fenêtre barrée, quelle drôle d’idée !
    Avec angles droits et non-courbes, elle ne risque pas de se montrer prisopasnière.

  2. Ange7 Says:

    N’est-ce pas, cher J. ?
    Et de quel bois sont faites les palissades de Lapalisse ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :