Épinglé

Piqûre

 

Une piqûre. D’abord la surprise qui vibre aux tympans et dans tout le crâne par résonance. L’instinct des traqueurs de mammouth qui savaient que le danger est partout autour. Une alarme intense qui signifie, trop tard, que la tranquillité de l’être, la douceur épicurienne de l’absence de douleur, vient d’être violée. Une fraction de seconde plus tard, c’est la réalisation, la prise de conscience exacte de l’incident, sa localisation ponctuelle, et cette idée : « quelque chose m’a piqué ». Alors commence la sensation. Comme d’un petit Etna, la souffrance électrisante part de l’infime point d’entrée et fait couler sa lente lave irritante le long de la peau. La zone rougit et s’élargit à vue d’oeil. Les veines mêmes, maintenant, semblent charrier des copeaux de maux, et jusqu’au cerveau qui sent transiter d’épais grumeaux sensibles. La bouche murmure un lamento entre les dents serrées. Tout entier, le corps est  perturbé par cet événement minuscule. Et c’est aussi, quand je te vis, l’effet précis que tu me fis.

 

Photo Ange7, Rians, France 2008.


-*- Vous entendez trop « fadaises » ? Tentez donc article au hasard du journal de 5h12 -*-

Advertisements
Publié dans JOURNAL. Étiquettes : , , , . Leave a Comment »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :