L’idiot saint Crasie (et autres toqués)

le couloir de l'hôpital

Entre la chambre et le couloir, la porte n’était rien de moins que la barrière, une figure de herse séparant la victime, nue et désarmée, d’une arène bondée de bêtes sauvages, furieuses et affamées. Rien ne le protégeait que cette mince couche de bois sans poignée, couverte de bourre épaisse et assortie de deux clapets : l’un pour la surveillance des yeux, l’autre pour lui jeter la pâtée. Tout le jour, prostré dans un angle de la pièce, le coin, il surveillait le cher cadre, tremblait à chaque volée de pas qui s’approchaient, soulagé seulement quand ils s’éloignaient. Les bruits de clefs, qui cliquetaient comme un terrible présage, lui étaient une affreuse torture. Mais il aimait cette ouverture, ou plutôt, il aimait qu’elle soit tenue fermée. Lui dedans et eux dehors, cette bande de fous !

Illustration Ange7  2009.


-*- Pas fatigué(e) de zapper ? Accordez vous un article au hasard du journal de 5h12 -*-

Publicités
Publié dans AUDIO, JOURNAL. Étiquettes : , , , . Leave a Comment »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :