Dîner en ville VIII

Metro Yellow Line

Enfin, pour l’heure rassasié,
Ayant repoussé l’échéance
Honoré peut s’extasier
Sur la folie de l’existence

Sur son chemin qui, sans égards,
Plonge et surgit,  montagnes russes,
mais dont le semblable départ,
Conduit au même terminus.

Alors vient l’heure de partir
Le havre n’a qu’un temps, hélas !
Et qui manque sait compatir ;
D’autres attendent : il faut faire place.

Au seuil, il regarde en arrière :
Dans la tiédeur du restaurant
Personne ne s’est découvert.
Le besoin rend indifférent.

(à suivre…)

Photo Ange7, Séoul 2009 .


-*- Écoutez donc le miaulement d’un article au hasard du journal de 5h12 -*-

Publicités
Publié dans CHANSONS, JOURNAL. Étiquettes : , , , . Leave a Comment »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :