Au coing, vilain !

Le cognassier

Ambre sombre, pégueuse d’être un concentré de douceur, la pâte de coing devait sécher longtemps avant que d’être prête. Mais on la savait là, à attendre, vulnérable, à peine protégée des mouches et de la poussière par un torchon blanc. Alors forcément, quand sonnait l’heure de la sieste, on se rendait à pas de chat dans la pièce du fond, où dormaient les délices, armé d’une cuillère. Il suffisait de soulever un peu le linge pour découvrir ces pleines lunes ocres dont la face rugueuse brillait de sucre cristallisé. On chippait un morceau, puis un autre, en tâchant d’être discret, mais sans illusion : le forfait serait  tôt connu. Heureusement, la grand-mère, à son habitude, serait magnanime.

Photo Ange7, Ramatuelle 2009 .


=°= Et pour prolonger la visite : un madrigal au hasard =°=

Publicités
Publié dans JOURNAL. Étiquettes : , , , . 2 Comments »

2 Réponses to “Au coing, vilain !”

  1. tilu Says:

    Mmmmm j’en ai l’eau à la bouche…. Bientot je la prépare….

  2. Ange7 Says:

    Alors maintenant, c’est moi qui salive, Tilu !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :