Infinitésimal

En prière figé, raide comme le sort, l’homme lisse contemple un ciel déployé
Paupières closes il hume un parfum suranné de désenchantement
Un vent d’hier sournois vient souffler sur son crâne
Confronté à ses fautes, il pleure à l’intérieur
Convaincu qu’il demeure
Impardonnable

Photo Ange7, Nice 2009 .

=°= Cliquez délicatement pour un article au hasard =°=

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :