Soixante et quinze centilitres

75cl

Qui décida, pour le pinard, que le récipient idéal renfermerait trois quarts de litre ?
De quel cerveau —très éthylique— cette mesure sortit-elle ?
J’eusse bien aimé qu’on m’explique !
Et le litron, tout juste et rond ? Pourquoi donc pas qu’on ne l’applique ?
Ça ferait moins d’allers-retours au magasin, vous pensez bien !
Dame, si dans chaque bouteille, on versait un bonus pareil,
Y’aurait presque de quoi, ma foi, étancher une soif honnête.

 

Photo Ange7, Séoul 2008.

 

-*- Vous entendez trop « bon sang de bonsoir » ? Tentez donc article au hasard du journal de 5h12 -*-

Publié dans JOURNAL. Étiquettes : , , , . 2 Comments »

Le reflet de l’autre

 

Il vendait du matin au soir, sur les marchés et dans les foires, de singuliers fonds de miroir.
Des images bien réfléchies à appliquer sur sa psyché, pour changer sa physionomie.
Il en avait des distingués, à chapeau rond et à lorgnon et d’autres un peu encanaillés.
Pour les clients plus exigeants, il gardait derrière l’étal, des flacons aux éthers puissants.
Des esprits tenus en bouteille que l’on se glisse dans l’oreille et qu’on loge en son cervelet.
Pour une somme dérisoire, le marchand de fonds de miroir vous offrait de vous altérer.

 

-*-
-*- Réticent ? Tentez donc un article au hasard du journal de 5h12 -*-
-*-

 

Publié dans JOURNAL. Étiquettes : , , , . 4 Comments »

Au panier !

fonddepanier.jpg

Version 1 :
La minette, charbon et argent, se roule en boule à l’intérieur du panier étroit. Elle a grandi et ce n’est plus un palais pour chaton. Elle occupe à présent tout l’espace, elle affleure de sa fourrure élastique, de son corps de contorsionniste, chacun des pans, bien à plat, sur toutes les longueurs. Elle est entière prise et serrée, circonscrite. Elle s’endort suavement, sereine, en sécurité. Elle évoque ces fruits que l’on fait pousser dans une bouteille et le panier d’osier semble avoir été tissé tout autour d’elle.

Version 2 :
La traction qui étire l’articulation du poignet provoque une chaleur diffuse dans l’avant bras. C’est qu’entre les doigts, l’anse du panier pèse. Voyez plutôt : de longs poireaux bicolores à tignasses ébouriffées dont le blanc, le long du col, se teinte lentement pour finir en plates bandes de jungle, un plein sachet d’oignons, à cape orange et transparente, lisse et crissante, un filet de pommes de terre, informes et encore terreuses, qui semblent cacher un malheur sous leur maquillage au charbon mais qui dévoileront sous la frottée une peau d’or piquée de grains de beauté, et des fruits encore, une gerbe solaire de bananes, des oranges stellaires et dans son coffre ajouré de polystyrène, la barquette des fraises, rouges comme un jour de joie.

Photo Ange7.

——————————————————————————-
Par ailleurs, l’année dernière, à la même heure : O Dulcinée calcinée
La Gauloise et l’Américaine / Je ne veux faire de la peine / A personne
————————-——————————————————

Publié dans JOURNAL, VERSION 1/2. Étiquettes : , , , , . 3 Comments »