Les passants

En ce début de l’automne, les chats errants frissonnent aux derniers rayons de la belle saison. Ils se roulent en boule, changeant de position – couchés ici, puis couchés là- avec l’heure qui fait sa ronde et la lumière qui tombe. Ils ronronnent quand ils trouvent un carré de carrelage où chauffer leur pelage, un angle parfait qui les inonde tout entier. Quand la brise frisquette, tous disparaissent de concert, exilés en quelque cachette. Et le quartier, de chat désert, semble vidé de sa gaieté. Mais au retour du grand ciel bleu, les voilà qui réapparaissent et s’en viennent sous ma fenêtre réclamer des restes espérés.

 

Photo ∑ma, retouches Ange7, Séoul 2008.

-*-
-*- Besoin d’harmonie  ? Tentez donc un article au hasard du journal de 5h12 -*-
-*-

Publié dans JOURNAL. Étiquettes : , , , . 1 Comment »

Le lit et le couvert

©Ange7

A l’auberge du chat bleu,
quand on a gratté la porte,
on distingue du velours
qui glisse sur le parquet.
Le verrou est repoussé,
et l’on peut se faufiler
à l’auberge du chat bleu.

A l’auberge du chat bleu,
les couches sont bien modestes,
des fauteuils tout lacérés,
des coussins dépareillés,
canapés de vieux velours.
On somnole sur le sol,
à l’auberge du chat bleu.

A l’auberge du chat bleu,
on mange ce que l’on trouve,
souvent un quignon de pain
que l’on trempe dans du lait.
On goûtera du poisson
si un revient de la pêche,
à l’auberge du chat bleu.

A l’auberge du chat bleu,
par nuit de mauvaise lune,
c’est plein jusqu’à déborder.
Pourtant le silence règne,
rendez-vous de solitaires,
chacun reste dans son coin,
à l’auberge du chat bleu.

Illustration Ange7.

——————————————————————————

Par ailleurs, l’année dernière, à la même heure : Le coq
Renard a beau chercher / comme on pousse la porte, / comme on tourne la haie; / …
————————-——————————————————

Publié dans AUDIO, CHANSONS, JOURNAL. Étiquettes : , , , , . 2 Comments »

Le chat perche où ?

patapon.jpg

C’est la chanson de Patapon,
Qui ne vient pas quand on l’appelle,
Mais apparaît quand l’écuelle
Déborde de gras de jambon.

Patapon vit par les ruelles,
Chaque demeure est sa maison,
Sans même octroyer un ronron,
Partout il lève la gabelle.

Flonflon sans rime ni raison,
Sempiternelle ritournelle,
Qui trottine dans la cervelle,
C’est la chanson de Patapon.

Photo ∑mª, Séoul 2007.

——————————————————————————-
Par ailleurs, l’année dernière, à la même heure : [ Nox, nocis ]
Il fait petit jeudi dehors et le temps est à la peine. On traîne avec lenteur les chaînes de la nuit mauvaise…

————————-——————————————————

Publié dans AUDIO, CHANSONS, JOURNAL. Étiquettes : , , , , . 2 Comments »