Fleur sans tige, qui voltige

Papillon

C’est bien lui l’enfant du vent, plus preste qu’un pétale de printemps.
Comme constamment agité, ses escales se comptent en secondes.
C’est lui l’élégant féal des fleurs, plus chamarré qu’un pré d’été.
Comme diapré par bonheur de toutes les teintes qu’il frôle.
C’est aussi lui le condamné, plus désolé qu’un déclin d’automne.
Comme conscient d’être éphémère, il volette avec gravité.
C’est enfin lui l’escamoteur, plus rare que les rayons d’hiver.
Comme posé sur l’invisible, suspendu dans le vide, et bientôt disparu.

Photo Charles, Ramatuelle 2009 .


-*- Écoutez donc l’incantation d’un article au hasard du journal de 5h12 -*-

Publié dans JOURNAL. Étiquettes : , , , . Leave a Comment »