La belle

prison

Note pour plus tard :

Comme elle était désaffectée, noire de suie d’un incendie, et dangereuse, à coup sûr, par sa toiture mi-effondrée, on entrait pas dans la maison que l’on surnommait la prison. Mais on aimait bien, tout de même, passer devant pour se tenter. On se croyait à l’intérieur, aux fers, au pain noir et à l’eau, clamant d’abord notre innocence et le fourbe complot, la lettre de cachet, qui tenait enfermé notre honneur immaculé. Bientôt sans voix, on raclait encore, piteusement, notre écuelle sur les briques, bien conscient que les gens libres n’écoutent pas les appels des ostracisés. Retenus, nous désespérions de savoir notre chère, privée de protection, menacée par le félon. Nous fomentions alors l’évasion salvatrice. Nous étant procuré une allumette, une seule, dans un moment de recueillement solennel, au plein coeur de la nuit, nous la griffions au sol irrégulier et sale. La flamme qui surgit rallumait notre espoir. Avec précaution, nous la confiions à la paillasse. Sa mauvaise toile, huilée de crasse, et son foin desséché s’embrasaient instantanément. Les flammes assaillait les murs qui restaient imperturbables, mais le plafond de bois, à son tour succombait. Nous patientions, rivés au sol, notre chemise humide sur la bouche…Quand le métal des fenêtres fut rouge, nous nous relevions d’un bond et le faisions voler d’un coup de pied absolu. Enfin, d’un bond hors du commun, nous nous arrachions à ce torride enfer. Nous blessant dans notre chute, nous claudiquions alors, aussi vite que possible, loin de la bâtisse rougie, tandis que dans notre dos, dans une agitation propice à notre disparition, résonnaient les échos des secours qui s’organisaient.

Photo Ange7, Séoul 2009.



* ° * // Et juste pour la découverte, un article au hasard au milieu du bazar ! \\ * ° *

Concile

Notes pour plus tard :
Les prélats ne s’entendaient pas. Le premier, un ardent purificateur, brûlait de voir un grand bûcher, de belles flammes alléchantes qui, sûrement, enchanteraient Saint-Jean. Le second, plus austère, priait qu’au prix de la stère, on économisât le bois. Un troisième, fort pieux, suggéra un coup d’épieu. Mais un quatrième, pâle comme un carême, caressait l’idée du pal. Un autre ecclésiastique, se réveillant tout à coup, proposa qu’un élastique leur fut serré sur le cou. Un autre encore, aviné, les aurait bien vus noyés. Un dernier, au ton tranchant, ne jurait que par la hache.
Après quelques discussions, prétextes à libations, la peau du ventre tendue, les dignitaires repus et de mets et de boissons, s’accordèrent à l’unisson, sur la corde de pendu. 

 

Image DR, retouches Ange7.

 

-*-
-*- Volage ? Tentez donc un article au hasard du journal de 5h12 -*-
-*-

halo ?

©Ange7

De verre et de fer,
la lampe-tempête
tient tête à la mer.

Contre la rafale,
sa flamme englobée
éclaire l’escale.

Elle suit le roulis,
peint couleur de feu
la feuille de nuit.

La pêche achevée
passe dans la barque
son temps à rêver.

Photo Ange7, Philippines 2008

Publié dans JOURNAL. Étiquettes : , , , , . Leave a Comment »