Perpendiculaire

KU3E

On s’imagine a priori que la mise à niveau sera douloureuse, qu’elle appelle une masse de travail propre à décourager, des efforts inhumains, des sacrifices coûteux et un temps infini qui ne pourra être consacré à aucune autre activité. On se trompe. Pour tout remettre d’aplomb, d’un simple et unique mouvement, il suffit de coincer la bulle.

Illustration Ange7.

* ° * // Et juste pour la joie, un article au hasard au milieu du bazar ! \\ * ° *

Publicités
Publié dans JOURNAL. Étiquettes : , , , . 2 Comments »

Martel en tête

complètement martau

Notes pour plus tard :
Elle mettait dans ses mouvements, amples et précis, sinon de la grâce du moins une harmonie, un délié, qui donnait à toute l’action une rondeur assez bonhomme. Quand elle soulevait le maillet, le lourd marteau de bois bruni, elle retenait à moitié un profond râle de peine qui témoignait discrètement de la difficulté de la tâche. Puis, l’instrument lestement hissé, pointé vers le zénith, elle restait un court instant dans un équilibre précaire qui pouvait sembler, au promeneur ignorant, une position de prière, un rite ancien et païen. Cette seconde passée, entraîné par le propre poids de son épaisse tête, le pilon retombait pesamment dans la vasque de pierre. Il y écrasait avec fracas la préparation culinaire qui, sous le coup porté, toussait un peu de poussière. Ensuite, s’essuyant le front de sa large manche, elle réunissait son souffle et ses forces pour renouveler l’opération.

Photo Ange7, Séoul 2009 .


-*- Écoutez donc le ramdam d’un article au hasard du journal de 5h12 -*-

Fleur sans tige

papillons de lumière

 

Il y a une indicible horreur dans la torpeur finale du papillon épinglé au velours d’une vitrine. Un sacrilège du sublime. Figer pour l’éternité ce qui ne fut que mouvement, qu’un continuel battement. Celui qui, à l’arrêt même, tremblait de vie, âme légère, aimant le vent. Fut-ce de mort naturelle, son inertie est cruelle à contempler, contre nature. Etre de la fragilité, dont les instants changeants semblent comptés, il éprouve à toute allure, son destin éphémère. Et pour se souvenir de lui, il faut se le remémorer, toujours, en train de voler.

 

Photo Ange7, Séoul 2008.


-*- Vous entendez trop « qui-vive » ? Tentez donc article au hasard du journal de 5h12 -*-

Publié dans JOURNAL. Étiquettes : , , , . Leave a Comment »