Captif

captif2

Calligramme Ange7, 2009.


=°= Et pour prolonger la visite : un billet au hasard =°=

Publicités
Publié dans CALLIGRAMMES, JOURNAL. Étiquettes : , , , . Leave a Comment »

La fièvre et la torture

Te râpiti e te honu

Aucun argument raisonné
Ne parvenait à ses oreilles.
Par une tragique merveille,
Il n’entendait rien qu’à moitié.
Et cette part, toujours pareille,
Était celle qui l’agréait.

Moralité :
Rien ne sert de discourir, il faut partir, point.

*  *  *  *  *  *  *

———————————————————————————————————————-
Proverbe :
Ce n’est pas à un vieux singe, mon pote, que l’on apprend à faire les meilleures soupes (à la grimace).
———————————————————————————————————————- 
 

Dessin : « Les fables de La Fontaine en tahitien« .


-*- Goûtez la douceur d’un article au hasard du journal de 5h12 -*-

Publié dans JOURNAL, PROVERBES. Étiquettes : , , . 2 Comments »

Le lugubre

.

 lugubre.jpg

Notes pour plus tard :
A la mèche austère et raide qui scie en deux son front profondément ridé, répondent aux côtés, deux larges bandes de barbe qui roulent, noires et sans merveille, de l’oreille à la mâchoire. Le peu de joue qui reste à le teint d’un gisant de marbre. Ses yeux éteints, loin enfoncés, semblent absorber toute lumière, pas de reflets sous ces paupières, c’est le regard sombre des pierres. Sous un nez décharné, à la pointe sévère, la bouche n’est qu’un pli entre les lèvres amères, fines et décolorées. Ce visage funèbre finalement se ferme sur menton tranchant, étroit et anguleux.

Illustration Ange 7. 

L’onycophage

sng.jpg

Notes pour plus tard :

La petite incisive opiniâtre rabote, de son fil tranchant, le rebord déjà bien entamé de l’ongle. Ce n’est pas à francs coups de dents que l’on se ronge ; c’est avec une minutie sadique. L’ongle ras, si ras, ne peut, en principe, plus donner de lui-même, il n’a déjà que trop payé son écot. Mais la dent glisse et court et ponce sa tranche; dans un bruit de train qui passe au loin, qui résonne dans l’oreille sous l’action mécanique des maxillaires. Elle cherche l’aspérité, la plus petite imperfection, l’infime entaille qui va permettre l’action salutaire d’égaliser, de retirer une fine couche encore. Le vice, bien sûr, tient au fait que la dent, à force de frotter, finit toujours par créer le prétexte nécessaire pour un coup de meule supplémentaire. Fut-ce dans la douleur déjà vive, fut-ce au sang.


Photo pub « stop’n grow », agence Jung Von Matt.

——————————————————————————-
Par ailleurs, l’année dernière, à la même heure : [ Iter facere ]
Mes pas sur le chemin soulèvent une poussière / Qui m’étouffe aussitôt que je fais marche arrière. /
————————-——————————————————