Chambard

Chavirer !

C’est assez comme s’évanouir, et sombrer, dans une autre dimension, sublime, de la pensée.
C’est s’abandonner, lâcher bride et raison, pour intégrer, toute entière, la lumière.
C’est l’esprit grand ouvert, se laisser, de bon vent, balayer les idées.
C’est rouler dans les prés, se sentir devenir un pollen.
C’est soudain basculer, les talons aux étoiles.
C’est renverser les valeurs de la vie.
C’est obliquer hors du tracé.
Sur un coup de sang,
Chavirer !

Photo ∑ma, Philippines 2009.


* ° * // Et juste pour l’oscillation, un article au hasard au milieu du bazar ! \\ * ° *

Publicités
Publié dans CALLIGRAMMES, JOURNAL. Étiquettes : , , , . Leave a Comment »

L’aspect

All around

S’est-on assez trompé
de regards dans la glace
dans l’eau de coups d’épée
de tracés sur l’atlas
et belles échappées 
pour que de guerre lasse
la raison recépée
chacun trouve sa place
pour reposer en paix ?

-Non, dit la voix, hélas… 

 

 

Illustration Ange7, Séoul 2009.


 

-*- Fatigué(e) de quérir ? Accordez vous un article au hasard du journal de 5h12 -*-

Publié dans JOURNAL. Étiquettes : , , , . Leave a Comment »

Conscription

not me !

Convoqué ? Que te veut-on ?
Tu trembles un peu d’appréhension.
Et comme tu as raison. 

 

Photo Ange7, Seokcho 2008.

 

 

-*- Rien n’est plus volatil ? Tentez donc article au hasard du journal de 5h12 -*-

Publié dans JOURNAL. Étiquettes : , . Leave a Comment »

Ébloui

That Light

Délétère, irritante, irrésistible lumière qui nous attire et nous tente, qui répond à nos prières, déroutante, éphémère, susceptible chimère qui nous tend des pièges horribles, qui nous expédie sous terre, terrible, violente, austère révélation, qui fait jour sur nos mystères, qui aveugle nos raisons.

 

 

Photo Ange7, Bangkok 2008.

 

-*- Votre ZzzZ. tourne en rond ? Tentez donc article au hasard du journal de 5h12 -*-

Publié dans JOURNAL. Étiquettes : , , , . 3 Comments »

De la relativité (zoom in)

relativite.jpg

 

Notes pour plus tard :

Papier mâché et peinture, les astres collés au mur du planétarium figurent une partie de bowling où la Terre n’a pas tiré le gros lot. Qu’on joue à frappe-calot, et tout juste après Mercure, c’est la petite bleue, c’est sûr, qui tombera fendue en deux.
Alors s’il faut, en plus, imaginer que dessus, s’agitent des homoncules, de minuscules pantins, que l’on aurait beau chercher avec un lorgnon géant, et qui, sous prétexte qu’ils se disent doués de raison, ma foi toute relative, se sont appropriés les lieux, ça se corse sérieusement.
Et si sur ces six milliards de mini mini fourmis, on t’en coince une, entre lamelles de microscope, une seule, isolée, particulière, et, alors qu’elle est vêtue de couleurs et de chamarre, s’il te faut à travers les os blancs de son crâne, estimer la masse grise de son cerveau spongieux, ça devient franchement duraille.
Enfin, dans l’orage électrique de son esprit souvent déboussolé, s’il te fallait reconstruire les signes du langage pour former, à la seconde, des centaines de messages, là, tu vois, c’est carrément coton.
Alors, sois gentil et dis-moi simplement si, oui ou non, tu reveux un peu de café.

Montage et illustration, Ange7.