Concile

Notes pour plus tard :
Les prélats ne s’entendaient pas. Le premier, un ardent purificateur, brûlait de voir un grand bûcher, de belles flammes alléchantes qui, sûrement, enchanteraient Saint-Jean. Le second, plus austère, priait qu’au prix de la stère, on économisât le bois. Un troisième, fort pieux, suggéra un coup d’épieu. Mais un quatrième, pâle comme un carême, caressait l’idée du pal. Un autre ecclésiastique, se réveillant tout à coup, proposa qu’un élastique leur fut serré sur le cou. Un autre encore, aviné, les aurait bien vus noyés. Un dernier, au ton tranchant, ne jurait que par la hache.
Après quelques discussions, prétextes à libations, la peau du ventre tendue, les dignitaires repus et de mets et de boissons, s’accordèrent à l’unisson, sur la corde de pendu. 

 

Image DR, retouches Ange7.

 

-*-
-*- Volage ? Tentez donc un article au hasard du journal de 5h12 -*-
-*-

Publicités

Description succincte de l’être aimé

 

Yeux, bouche, oreilles : visage; bras, jambes, torse (et dos), plus sang et os, viscères et squelette, le tout fort habilement recouvert de peau.

Illustration Ange7.

 

-*-
-*- Fébrile ? Tentez donc un article au hasard du journal de 5h12 -*-
-*-

Publié dans JOURNAL. Étiquettes : , , , . Leave a Comment »

Polom polom polom Pom Ra-ta-ta Ta

.
drumoflight.jpg
.

Dans l’hystérie
collective
de la festive
activité
la fille
au tambour
étrille
comme damnée
sa peau tannée

Photo Ange7, Nouvel An 2007/8, Séoul.
.
.
PS : C’est un titre à la Mamzelle Bille ou je ne m’y connais pas.
PS 2 : Celui qui reconnaît le morceau gagne un autographe de Nana Mouskouri (que je ferai contrefaire par maman).
..
——————————————————————————-
Par ailleurs, l’année dernière, à la même heure : Tic-Tac-Clac
Panne de réveil, toute la journée / A courir après les aiguilles / Ce qui n’est pas sans rappeller /
————————-——————————————————
Publié dans JOURNAL. Étiquettes : , , , , . 1 Comment »

No photos !

.
nophoto.jpg

Notes pour plus tard :
Chaque regard est un dard qui la transperce. Et le venin, ce sont ces phrases, assassines, qu’on lui assène. Comme elle essaie de passer, journalistes et curieux malsains la pressent et la bousculent, violant son intégrité. Elle veut atteindre la salle du tribunal, déjà y être. Et qu’un interlocuteur, sentencieux et grave, mais humain, au moins, décide de son destin. Ces dernières semaines, proie de foule, son courage est en charpie, les griffes de l’opinion, sur sa frêle fleur-de-peau, ont laissé des entailles. Tant de plaies et pas de sang. Elle voudrait déjà savoir quel sera son sort. Mais l’avocat mielleux et indifférent prévoit un procès en longueur. Elle soupire et des coudes écarte les plus proches rapaces. Elle a du mal à respirer, elle est, comme déjà demi-tombée, toujours près de s’évanouir sans jamais pourtant s’accorder cette libération.

Photo ∑mª, Séoul 2007.

——————————————————————————-
Par ailleurs, l’année dernière, à la même heure : A la soupe
Dans la cuisine commune, je jouais avec les gouttes de gras qui flottaient dans ma soupe claire. La cuillère
————————-——————————————————